lundi 16 avril 2012

Adieu le Web, bonjour Internet

Comme les 3 millions de français en 2012 (étude GFK), achetez une tablette numérique et en supposant que votre lieu de vie soit équipé du wifi, installez vous confortablement devant votre télé ou dans votre lit. Certains phénomènes devraient alors se produirent :
  • vous regarderez d'abord votre messagerie, vos réseaux sociaux, vos comptes bancaires (déconseiller avant de dormir), etc...
  • vous ferez du shopping online (activité recommandée avant d'aller consulter vos comptes)
  • vous lirez peut-être un magazine, un journal via une application (par exemple le Monde)
  • vous ferez sûrement un instagram de votre télé ou de vos pieds dépassant de la couette
  • vous passerez encore plus sûrement une heure à jouer à un truc débilitant ou... débilitant
Innocemment vous contribuerez ainsi à la Mort du Web, auquel il vous arrivait, de participer sous forme de blogs, de textes échevelés, de scoops balancés au mépris de votre web-credibility... 

Car la tablette quel qu'en soit le constructeur et son Os n'est pas faite pour taper du texte au long cours. Essayez, vous m'en direz des nouvelles. Ces appareils et leur Applications toutes cuites ramènent très vite vos capacités de réaction à environ 0%. C'est un peu comme une seconde télé finalement. Attention je ne vous dis pas que c'est gravissime. Mais répondez à cette question : que serait notre société sans le web, espace de parole doué du pire - il faut bien le dire -, comme du meilleur ? Voulez-vous le garder intact, le lisser, le policer ou bien le déserter ?

Personnellement il me semble nécessaire de ressortir le PC ou Le Mac du placard de temps en temps, afin de prouver l'existence de la pensée humaine autrement que sous forme de statuts Facebook ou d'Instagram de pied. C'est un choix.

Et comme un post est triste sans image je vous donne ce joli tableau plein de couleurs extrait du site UserADgents et établi sur la base de données GFK. S'il existe une preuve de l'accélération du changement de nos habitudes numériques, c'est bien celle-là.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire